Sea Island, le roi des cotons

Réservé aux chemises précieuses, le coton Sea Island, scientifiquement nommé “gossypium barbadense” est une matière recherchée. Connu pour être le coton le plus rare du monde, il est également l’un des plus anciens. Coton de tous les superlatifs, le Sea Island est synonyme de raffinement pour les amateurs de tissus.

Cultivé au cœur des Antilles britanniques

La renommée du coton Sea Island ou “West Indies Sea Island” en anglais, provient de sa rareté. Sa culture ne représente qu’une infime partie de la production mondiale. 70 balles du précieux coton sont produites chaque année pour une production mondiale d’environ 110 millions de balles. A titre de comparaison, c’est dix fois moins que le coton Giza 45, aux fibres extra-longues, qui lui-même ne représente que 0.4% de la production totale d’Egypte.

Fleur de coton

Fleur de coton

C’est au cœur des Caraïbes dans les Antilles britanniques sur l’île de la Barbade, micro-état insulaire 4 fois plus petit que l’île Maurice, que pousse le Sea Island. Les conditions climatiques paradisiaques permettent une culture optimale. L’ensoleillement moyen sur l’île est régulier, entre 8 et 10 heures de soleil chaque jour, tout au long de l’année. Les variations de températures sont un autre facteur expliquant la qualité des fibres. Entre le jour et la nuit et entre l’hiver et l’été, les fluctuations sont très faibles, ce qui est idéal pour l’épanouissement de la fleur de coton.

Des fibres spéciales récoltées à la main

Ces conditions de culture apportent des caractéristiques uniques au coton Sea Island. Le marché définit les fibres des plus beaux cotons comme extra-longues à partir de 34.925mm (“ELS – Extra-Long Staples”) en anglais. Pouvant aller jusqu’à 52mm, celles du Sea Island sont les plus longues du monde et présentent une uniformité quasi-parfaite. Ces spécificités permettent de confectionner un fil qui sera à la fois résistant, homogène et excessivement doux.

Toutes les étapes, de la récolte au tissage, font l’objet d’une grande attention. Récoltées à la main, les fleurs de coton brutes sont manipulées avec soin pour éviter que des fragments de terre, de sable, de feuille ou de tiges ne se mélangent à la récolte. Procédé réclamant temps et minutie, il permet de garantir une production de fibres de coton pure à 100%.

Tissu popeline opéra Sea Island 120/2 - Chemise KALGATI

Tissu popeline opéra Sea Island 120/2 – Chemise KALGATI

De la matière au tissu, contrôle qualité et savoir-faire

La structure des fibres de Sea Island, longues et uniformes, permet de tisser des étoffes exceptionnelles. Les tissus sont à la fois légers et brillants, avec une main soyeuse. Disposant d’une excellente tenue au lavage, ce coton a l’avantage de s’entretenir sans précaution particulière.

Sea Island et marketing
Matière luxueuse faisant la part belle au rêve, le coton Sea Island fait également souvent l’objet d’appellations marketings contestables. Il n’est ainsi pas rare de voir des chemises dites de qualité Sea Island ou « Sea island quality ». Ces dénominations sont trompeuses, car les cotons utilisés, moins coûteux, ne proviennent pas des Antilles britanniques. Vigilance aux approximations de langage.

Seule l’association WISICAWest Indian Sea Island Cotton Association” est habilitée à délivrer un certificat d’authenticité du coton Sea Island.
Logo WISICA - Source : INPI

Logo WISICA – Source : INPI

La WISICA inspecte chaque kilo de coton sur place avant de transférer l’essentiel de la production à une unique filature dont le nom incarne l’excellence : David & John Anderson.

David & John Anderson - Sea Island - Source : Albini

David & John Anderson – Sea Island – Source : Albini

La maison David & John Anderson, fondée en Ecosse en 1822 et passée sous le pavillon de la maison italienne Albini 170 ans plus tard, fait l’acquisition de la totalité des balles de coton Sea Island de l’île de la Barbade. Connue pour confectionner les plus beaux tissus dans des titrages donnant parfois le vertige, David & John Anderson apporte toute son expertise dans le tissage pour sublimer la matière.


Le choix du coton Sea Island et KALGATI

Notre ambition est de proposer des chemises sobres, exclusives et intemporelles.

Nous souhaitons que chacun de nos clients ait le sentiment de porter un vêtement à part, ayant fait l’objet d’un soin particulier à la fois dans sa conception et dans sa confection. Nos créations allient un savoir-faire traditionnel chemisier avec des patrons uniques, à un montage minutieux effectué dans un atelier français spécialisé dans les chemises de luxe.

Aujourd’hui, toutes nos chemises sont confectionnées en coton Sea Island de chez David & John Anderson. Nous avons sélectionné une popeline dite “popeline opéra” avec une texture proche d’un mini-twill et un titrage 120/2. La main de ce tissu, correspondant à la sensation au toucher, est douce et agréable avec une impression de légèreté. Sans transparence, sa texture fine froisse beaucoup moins qu’une popeline au titrage plus élevée, tout en conservant un toucher entre la soie et le cachemire.

Le coton Sea Island est en parfaite cohérence avec nos valeurs. Nous nous efforçons de les transmettre dans chacune de nos chemises.

Maison KALGATI

Share Button